Walden ou les groupes cachés de la forêt

Walden 2 - Nesles
Walden ou les groupes cachés de la forêt
Nesles - Soirées Walden
Photo © LoRaine de Paris

J’avais, mea-culpa, omis de chroniquer la première compilation Walden sur laquelle figuraient déjà douze groupes ou chanteurs atypiques que seul Florent Nesles sait dégoter. J’espère qu’il ne m’en tiendra pas rigueur et je tente à présent de me rattraper avec Walden 2.

A l’instar d’un Henry David Thoreau qui préconisait de se ressourcer au contact de la nature afin de devenir plus critique à l’égard du monde occidental, Nesles nous propose de ressourcer nos esgourdes afin de devenir plus critique à l’égard de la masse de productions standardisées que des labels frileux nous imposent. Cette nouvelle compilation qui, comme la première, réunit les groupes ayant participé aux soirées Walden, pourrait laisser dubitatifs quelques esprits critiques quant au choix de certains «artistes» sélectionnés. J’avoue honteusement avoir fait partie de ces rabat joie qui initialement ne voyaient que l’arbre qui cache la forêt .

Theo Hakola
Photo © LoRaine de Paris

Mais cette forêt il faut y pénétrer pour en sentir toutes les essences et se laisser envoûter par de nouvelles senteurs et des lumières improbables… Car le but de ces soirées et de ces compilations est bien de nous surprendre, nous étonner et nous proposer des choses nouvelles. Car qu’on aime certains de ces artistes moins que d’autres est inévitable tant le choix proposé est large. 15 groupes dans Walden 2, 12 dans Walden 1. Mais tous ont le mérite d’essayer de nouvelles pistes sonores et en français dans le texte (mis à part le titre choisi pour Theo Hakola), ce qui rend l’exercice encore plus délicat… Un parcours sur des branches au niveau de la canopée… Et pour beaucoup c’est réussi ! Je vous laisse le soin de choisir ceux qu’il faudrait descendre pour que la forêt respire mais pour ma part je ne me sens pas l’âme d’un chasseur à l’écoute de ces belles compilations d’où il ressort un transcendantalisme qui nous incline à l’indulgence.

Dans son ouvrage Thoreau voulait démontrer que la société et ses institutions corrompaient l’être humain et qu’une véritable communauté ne pouvait être créée qu’à partir d’individus indépendants. En organisant ces soirées Walden, Nesles, qui par ailleurs prépare son nouvel album, nous démontre que d’autres institutions corrompent les artistes et que seuls ceux véritablement indépendants ont pris le maquis dans sa forêt… Un grand merci à lui.

Stephen Morelli

Walden 2Soirées Walden

Share

Laisser un commentaire