« Soleil d’hiver », Arthur H

portrait noir et blanc de LoRaine de Paris
© Franck Lagier

« Soleil d’hiver », Arthur H

« Un matin, je suis resté(e) au lit,
je n’avais plus envie,
perdu(e) dans ce rêve éveillé,
plus rien n’était réel, plus rien n’existait.
Les contours du monde s’étaient effacés,
les mots disparus,
les noms oubliés.
Je n’avais pas vu
qu’un immense Soleil d’hiver
éblouissait la ville claire.
Je me suis levé(e) et j’ai ouvert la fenêtre,
l’air froid a pénétré ma chambre sous les toits.
 Je me suis souvenu(e)
que j’étais vivant(e)
et que je pouvais aimer
sous les toits…
sous les « toi ».
Un matin, sous les toits,
un Soleil d’hiver m’a relevé(e). »
Share

Laisser un commentaire